Utiliser le Go en classe à l'école primaire

Discussions diverses et variées sur le jeu de go, les points de règles, problèmes et parties de go
Répondre
Avatar du membre
chop58
Messages : 7
Enregistré le : mer. 5 mai 2010 09:30
Club : Nevers
Niveau : 15
Pseudo KGS/IGS : chop58
Localisation : Nevers
Contact :

Utiliser le Go en classe à l'école primaire

Message par chop58 » mer. 12 mai 2010 19:28

Bonjour, depuis de nombreuses années je me sers du jeu de go dans les différentes classes que j'ai eu comme moyen d'apprentissage de certaines notions en français et en mathématiques.
J'avais fait des lettres à la fédération suite à un questionnement sur le go à l'école.
Je me permets de vous en mettre quelques extraits pour amener les expériences et une discussion sur l'utilisation et l'enseignement du go.

expérience en CE1 CE2 (7-8 ans)
Un petit descriptif du travail effectué avec 12 enfants d’un CE1 CE2 de 24 élèves d’une école de la Nièvre. Les enfants sont les CE1 (7-8 ans). L’instituteur joue à toutes sortes de jeux, et ce n’est qu’un amateur de go (heureusement il joue aussi mal aux échecs). C’est le seul jeu de « société » introduit en classe.
Les séances mises en place se font dans le cadre d’un travail en mathématiques sur les problèmes et en français sur les règles de jeu (lecture de fiches techniques, expression écrite, et orale) avec plusieurs objectifs définis pour les mathématiques. Les séances sont de 1 à 2 fois par semaine sur des temps de 10 minutes avec l’enseignant et 15 minutes en autonomie (jeu) :
Assimiler une règle, ses variantes et compléments.
Mettre en place des solutions tactiques relevant d’un mode opératoire.
Mettre en place des stratégies pour atteindre le but du jeu (départ de jeu, remédiation, fin de partie.


Matériel de départ : pions noirs et blancs, quadrillage 9 X 9 photocopié sur feuille A3.
Pions (60 mm) avec aimants collés pour explication au tableau.

Le go n'a pas été abordé directement

Morpion (septembre)
Assimilation d’une règle, de ses variantes et compléments.
Un travail a été entrepris à partir du jeu du morpion : alignement de 4 pions sur un quadrillage de 9 X 9.
Explication de la règle, appropriation du quadrillage (petites difficultés pour certains dans l’appropriation des bords et de l’utilisation complète du quadrillage), écriture de la règle par groupe.
Mise en place de solutions tactiques
Résolution de problèmes à 1, puis 2 coups (mat en ou 2). Problème où il faut dessiner le pion qui permettra de gagner sur un quadrillage où les pions sont prédessinés.
Mise en place de stratégies pour atteindre le but du jeu
Explication et recherche de la position gagnante dans laquelle il faut essayer de se retrouver. (à ce niveau d’effort de mise en place, l’aspect ludique l’emporte sur l’aspect didactique. Les enfants cherchent à s’amuser avant de jouer.)

Pente (novembre)
Assimilation d’une règle, de ses variantes et compléments.
La règle écrite est donnée aux enfants. Partie à 2 avec gain de la partie par alignement de 5 pions, 4 pions alignés donnent 10 points, on peut prendre les pions par encadrement de 2 pions adverse 1 point par pion.
Les enfants essaie la plupart du temps soit d'aligner les 4 pions, soit prendre les pions de l’adversaire.
Mise en place de solutions tactiques
Travail en équipe de 2 avec négociation du coup à jouer. Situation très riche pour que les enfants expliquent ce qu’ils ont l’intention de faire. Parties en simultanée avec l’enseignant en travaillant sur la défense ou l’attaque (Tous les coups prenants le coup suivant doivent être annoncés « Atari » aux enfants pour fixer leur attention sur une seule problématique).

Go (janvier)
Assimilation d’une règle, de ses variantes et compléments.
1) Plateau de 9 X 9 avec 20 pions chacun. Le but est faire le plus grand territoire possible (on compte le nombre d’intersections « entourées »), pas de prise on enlève simplement les pions qui nous semble isolé dans le territoire adverse. Les pions n’ont pas de vie.


Dés le premier jeu, les enfants font une mise en place stratégique, avec une occupation des points forts du plateau, ils ne s'occupent pas de fermer les espaces (le même travail avait été fait il y a quelques années en commençant directement par le go, ils avaient fait des espaces fermés dans les coins, , car les enfants ont besoin de s’accaparer l’espace du plateau avant de l’utiliser).

Le décompte des points
Comme le nombre de pions sont limités, les enfants s’occupent de bâtir leur espace avant de se confronter. Dès le départ la négociation intervient pour le nombre de points.

2) Au bout de 2 séances avec le même matériel, on rajoute la règle de la vie pour les pions. Comme précédemment le fait qu’il y ait 2 actions valorisantes ; provoquer la mort des pions adverses et faire le plus grand territoire ; certains enfants oublient l’un ou l’autre et le jeu surpasse souvent les consignes …
Le décompte des points
Comme le nombre de pions est limité, la négociation arrive très vite et les zones neutres apparaissent (très difficile sans une limite de territoire…). La nécessité d’une troisième personne qui regarde le jeu semble très intéressant et nécessaire.

3) Ajout de la règle d’atari que les enfants doivent annoncer et du non suicide des pions(pas le droit de se faire attraper exprès). On peut arrêter la partie quand les 2 personnes sont d’accord. Les pions pris sont remis sur le plateau à la fin (certains enfants avaient négocié cette règle eux même).

4) On donne aux enfants le nombre de pions qu’ils veulent.Une grande partie des enfants met naturellement en place des chaînes pour faire respirer leurs pions. Mais ils ont du mal à faire des territoires et faire vivre leurs pions simultanément.

5) Règle des avantages mise en place puisque depuis une séance nous jouons sur des plateaux d’initiation (et c’est quoi les petits points noirs). Aucun enfant n’avait laissé spontanément un avantage à son partenaire.

(mars)
Depuis le début des séances de Go, les enfants faisaient un tournoi permanent avec un tableau double entrée affiché avec l’obligation de faire l’arbitre. (2 points si gagnés, 1 égalité (quand on ne sait pas qui a gagné et qu'on est d'accord, 0 perdu).

Le tableau de rencontres a été utilisé pour mettre en place la règle des avantages avec négociations avec le partenaire.

De petites situations tactiques à 1, et 2 coups ont été mise en place pour permettre aux enfants de reprendre des territoires qui semblaient à première vue perdus. En effet certaines parties s’arrêtaient au bout d’une dizaine de poses sur un commun accord et où un enfant reconnaît sa défaite… la notion stratégique étant parfaitement ressentie.
Explication du jeu à d’autres enfants avec mise en place.

D'autres jeux plus tactiques, dames et othello ont été mis en parallèles par la suite.

Conclusion :
Le travail sur le go s’est mis en place au départ pour permettre aux enfants d’avoir un travail en autonomie (classe à multi-niveaux)en mathématiques en se basant sur l’oral. L’approche de l’espace et du positionnement étant très global et intuitif, le jeu semble convenir parfaitement à de jeunes enfants, le même travail avec des CM1 (10 ans) en abordant directement le go avait donné des affrontements tactiques avec beaucoup de difficultés pour revenir sur l’aspect stratégique.

J'ai la même chose avec des plus grands.

Cordialegoment

Répondre